•  

    Enfants et fleurs, vous, grâce de la vie,
    Calices purs d'innocence et d'amour,
    Voici Noël ! Noël tous nous convie,
    Mais vous surtout êtes rois en ce jour.
    Au ciel, enfants, dérobez son sourire,
    Fleurs, à la terre empruntez vos couleurs ;
    Notre allégresse auprès de vous s'inspire,
    Enfants et fleurs !

    Enfants et fleurs, ô suave rosée,
    D'un Dieu clément envoi mystérieux,
    Vous ignorez pour toute âme embrasée
    Quelle fraîcheur vous distillez des cieux !
    Un vent plus doux vient caresser la lyre,
    Du cœur blessé vous calmez les douleurs ;
    Tout reverdit à votre aimable empire,
    Enfants et fleurs !

    Enfants et fleurs, par quels magiques charmes,
    Vous, chers aux bons, mais aux méchants jamais,
    Au repentir arrachez-vous des larmes,
    A l'espérance apportez-vous la paix ?
    Serait-ce hélas ! que, miroirs sans nuage,
    Purs de toute ombre et non ternis de pleurs,
    D'un ciel perdu vous reflétez l'image,
    Enfants et fleurs ?

    Sainte au front pâle et couronné d'étoiles,
    A l'œil profond comme l'éternité,
    Fille de Dieu qui lis en Dieu sans voiles,
    Descends vers nous, chaste Sérénité ;
    Sur un berceau tu mis ton auréole,
    Dans un rayon consume nos langueurs ;
    Et, pur encens, que notre âme à Dieu vole,
    Enfants et fleurs.


  •  

     

    Merveilleux Noëls de mon enfance,
    Avec toute cette effervescence
    Qui régnait partout dans la maison,
    Et le sapin plein de décorations !
    Moments de joie sans pareil,
    Parés de bonheur et de merveilles ;
    Maman qui préparait la bûche,
    Nous qui faisions les truffes
    Les mains pleines de chocolat,
    Plus sur nos doigts que dans le plat !
    Et enfin, la dernière nuit venue
    Avant le grand jour tant attendu,
    Le sommeil qui ne veut pas venir,
    Trop excités pour s'endormir ;
    Espérer que le Père-Noël va oublier
    Les bêtises faites pendant l'année,
    Puis au petit matin, se lever,
    Et devant nos yeux émerveillés
    En découvrant les paquets,
    Nos parents qui souriaient !

    Je revis ces merveilleux moments
    Aujourd'hui, avec mes enfants ;
    Décorer toute la maison
    De guirlandes en papier crépon,
    Mettre dans la crèche les santons,
    Sur le sapin, les boules brillantes
    Et les guirlandes étincelantes
    De mille couleurs scintillantes !
    Préparer avec eux le repas de fête,
    Sortir les plus belles assiettes,
    Et à l'approche du jour formidable
    Les découvrir un peu plus sages,
    Juste pour que le Père Noël oublie
    Qu'ils n'ont pas toujours été gentils !
    Avec le même regard pour mes enfants
    Qu'avaient jadis pour moi mes parents,
    Je retrouve chaque année l'instant magique,
    Quand leurs yeux magnifiques
    Découvrent sous le sapin,
    Leurs cadeaux au petit matin !


  •  

    Poussière des étoiles,
    Qui, mes yeux, voilent,
    Emplis-moi de beauté,
    Que je puisse t'admirer...

    Fraîcheur nocturne,
    Dissipe au plus vite,
    Cet état taciturne,
    Qui m'habite...

    Légère brise,
    Caressant ma peau,
    Offre à cette promise,
    Tes plus jolis mots.

    Tendre tapis de mousse,
    Sur sa peau si douce,
    Couvre-la amoureusement,
    Deviens donc un peu son amant.

    Car moi je ne le peux,
    J'ignore tout d'elle,
    Ce que je vois par mes yeux,
    C'est qu'elle est plus que belle !

    Lorsque je fixe son regard,
    J'en deviens hagard,
    D'un coup d'œil je l'admire,
    Et ma journée vient de s'embellir.

    Et quel est donc ce parfum,
    Qui enivre tous mes sens,
    Dis-moi le nom de cette essence,
    Qui me fait planer jusqu'au lendemain.

    Tu sais, parfois je m'avance,
    En me disant, tente ta chance,
    Prends donc sa main dans la tienne,





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique